Mercredi lecture : Coup de cœur littéraire : les œuvres de François Amoretti

Posté par Doc Addict le Mercredi 04 Février 2015 à 20:37:26

Voici de retour la chronique du « Mercredi Lecture », qui avait presque disparue de ce blog. Non pas parce que je ne lis plus, bien au contraire, mais parce que je ne savais plus sous quel format j’avais envie de vous faire cette chronique. Ecrit, audio, vidéo ? Dites moi si vous souhaitez m’entendre ou voir ma petite tête rousse, je tenterais dans ce cas là de vous pondre une vidéo courte sur un coup de cœur littéraire ;).

En attendant, j’avais envie de vous parler d’un auteur que je chéris, et dont je m’inquiétais de ne plus en entendre parler, jusqu’à ce fameux tweet de soutien, j’ai nommé François Amoretti.

Français de souche, cet auteur et illustrateur mélange les codes de la littérature et de la culture japonaise, américaine et européenne. Il fut un fervent défenseur de la culture Lolita, pour s’émanciper petit à petit de cet univers et créer son propre style.


http://www.docaddict.fr/phototeque/article-81/amoretti.jpg

J’aime énormément sa patte, qui a évolué au fil de ses œuvres. Dans ces premiers romans graphiques, « Gothic Lolita », « Le Petit Chaperon Rouge et ce qu’il advint dans la gueule du loup» et « Alice au Pays des Merveilles », on ressent l’influence de la culture Lolita. Les personnages féminins ressemblent à des poupées de porcélaine, les décors sont féériques, les histoires à la fois douces et amères. Son trait est fin, très délicat. Tout est pratiquement dessiné à la plume. Chaque planche amène un dessin surréaliste, et en tant que lecteur, on a vraiment l’impression de se plonger dans un monde onirique.

Puis, son trait et ses thèmes de prédilection évoluent. Dans « Buuuurlesque Girl » 1 et 2, on quitte le format du roman graphique pour celui de la BD. Exit l’influence nippone, ici on parle de rock, de tatouage et du burlesque. L’héroïne est à l’inverse de ces prédécesseurs très réaliste, avec ses défauts et ses complexes. On arrive totalement à s’y identifier, ou à s’identifier à l’un des nombreux personnages secondaires. Le trait est plus péchu, plus « rock’n’roll », et pourtant, certaines planches sont d’une finesse et d’une poésie à couper le souffle.


http://www.docaddict.fr/phototeque/article-81/burlesque.jpg

Depuis, plus de nouvelles de l’auteur, jusqu’à ce fameux tweet, disais-je, où l’auteur faisait appel aux dons sur Ulule, une plateforme de crowndfounding, pour financer sa prochaine BD , « Les Destructeurs ». Il manquait quelques centaines d’euros, alors j’ai contribué avec mes moyens. En échange de mon don, je vais recevoir la BD chez moi, avant sa sortie officielle dans les librairies. Que j’ai hâte ! Le montant recherché étant dépassé, la BD sera bien publiée, et j’en suis très heureuse !

Même si « Les Destructeurs » prévoit d’être porté sur l’humour noir, j’aime le fait que l’auteur se diversifie, se cherche constamment et améliore son style et sa patte narrative.

Critiques Littéraires | #BD #beauxlivres #noiretblanc #couleurs


Commentaires

Pas de commentaires pour cet article...

Poster un commentaire









Les champs marqué d'une * sont obligatoires.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.